Katia Marynower - Qi Gong - Yoga - Jeûne
Yoga Qi Gong Détoxination
Katia Marynower Katia Marynower
Fragments d'Azur
 
Accueil
Actualités
Portrait
L'approche
 
Cours
 
Approfondissement
 
Stages
Détoxination en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Irlande
Yoga, Qi Gong en Crète
Yoga, Qi Gong en Inde
 
Agenda et Tarifs
 
Galerie Photos
Textes Choisis
 
Contact
Livre d'or
Liens
 
Facebook
 
 
 
Actualités         Anti-vœux 2017         Vœux 2016         Vœux 2015
Vœux 2014         Vœux 2013         Vœux 2012         Vœux 2011         Vœux 2010
 
VŒUX 2014
 
Bonjour, bonjour !

Dorénavant, c'est décidé : en ce qui concerne les vœux, j'adopte la date du nouvel an chinois !
Car c'est dans ce passage que se manifeste un changement tangible d'énergie, et que m'apparaît réellement le mouvement de la nouvelle année.

Je serai brève cette fois-ci   :-)   en rapport à certaines autres années où j'ai longuement écrit.
Sachez d'ailleurs - pour les curieux qui désireraient les lire   :-) - que ces précédents vœux figurent sur mon site : ... ci-dessus !
J'ai juste envie cette année de partager avec vous quelques pensées sur le sujet du lien...
J'ai fréquemment au cœur le constat attristé de nos obstructions, fixations... du peu de Vie, de Souffle, que nous laissons traverser... de nous à nous pour commencer, mais aussi de nous à l'autre : dans un lien appauvri, réduit...
Le matériau pourtant nous a été donné : il suffit de puiser à cette source profonde pour irriguer et - sans peine - transformer, renouveler.

À nous, donc, de nous désencombrer... à nous de pratiquer (Qi Gong, Yoga, Jeûne... et autres !) afin, comme l'évoquent les chinois, “ d'extraire les cailloux du lit de la rivière pour que l'eau puisse chanter ”.
Ainsi, envisager cette nouvelle année comme l'occasion de renouveler la promesse : celle de nous engager à ce que la source profonde féconde notre vie.
Que nos actes jaillissent, que notre parole invente !
Vers de nouveaux liens : plus riches en vérité.

Voici ce que j'ai relevé d'Yvan Amar - et tant pis pour le style quelque peu “ prêcheur ” qui n'est pas nécessairement “ ma tasse de thé ”   :-) - :
“ Le temps des temples est révolu. C'est le temple de la relation, le temple en relation (...) qui doit être érigé aujourd'hui.
Vous n'aurez aucun lieu. La relation entre vous sera le seul lieu de culte.
C'est dans la relation de vérité que vit “ Je suis ” en vérité.
Voilà à quoi l'obligation renouvelée des Commandements vous exhorte aujourd'hui.
Allez et vivez en relation vivante. ”

Et puis cette phrase de Christian Bobin, ramassée et fulgurante, comme il sait les laisser monter :
“ La parole d'amour bâtit toujours comme un petit couvent à l'intérieur duquel la conversation infinie a lieu. ”
Hmmh...

Rien à rajouter ?... Eh bien si !!
Déjà, je ne peux que vous encourager à lire ou relire un texte somptueux de Rainer Maria Rilke, une véritable référence sur le sujet, que j'avais cité dans de précédents vœux et que je vous glisse discrètement ci-après :

“ Il nous faut accepter notre existence aussi loin qu'elle peut aller; tout et même l'inouï doit y être possible. C'est au fond le seul courage qu'on exige de nous; être courageux face à ce que nous pouvons rencontrer de plus insolite, de plus merveilleux, de plus inexplicable.
Que les hommes aient, en ce sens-là, été lâches a infligé un dommage irréparable à la vie; les expériences que l'on désigne sous le nom “ d'apparitions ”, tout ce qu'on appelle le “ monde des esprits ”, la mort, toutes ces choses qui nous sont si proches ont été à ce point en butte à une résistance quotidienne qui les a expulsées de la vie que les sens qui nous eussent permis de les appréhender se sont atrophiés. Sans parler du tout de Dieu.
Or la peur de l'inexplicable n'a pas seulement appauvri l'existence de l'individu, elle a également restreint les relations entre les hommes, extraites en quelque sorte du fleuve des virtualités infinies pour être placées sur un coin de rive en friche où il ne se passe rien.
Ce n'est pas, en effet, la paresse seule qui est responsable du fait que les rapports humains se répètent sans innovation et de manière si indiciblement monotone; c'est plutôt la crainte d'une quelconque expérience inédite et imprévisible qu'on s'imagine ne pas être de taille à éprouver.
Mais seul celui qui est prêt à tout, celui qui n'exclut rien, pas même ce qui est le plus énigmatique, vivra la relation à quelqu'un d'autre comme si elle était quelque chose de vivant, et y jettera même toute son existence. Car si nous nous représentons cette existence individuelle comme une pièce plus ou moins vaste, on constatera que la plupart n'ont appris à connaître qu'un recoin de leur espace, une place devant la fenêtre, un trajet où ils vont et viennent. Ainsi ont-ils le bénéfice d'une certaine sécurité.
Et pourtant, cette insécurité pleine de dangers est combien plus humaine, qui pousse les prisonniers, dans les récits de Poe, à explorer en tâtonnant les formes de leurs effroyables cachots, et à ne pas vouloir esquiver les indicibles terreurs de leur séjour.
Mais nous ne sommes pas prisonniers. (...) Nous n'avons aucune raison d'éprouver de la méfiance à l'égard de notre monde, car il n'est pas tourné contre nous. S'il recèle des peurs, ce sont nos peurs; des abîmes, ils sont nôtres; présente-t-il des dangers, nous devons tenter de les aimer. (...)
Comment pourrions-nous oublier ces vieux mythes qu'on trouve à l'origine de tous les peuples, les mythes où les dragons se transforment en princesse à l'instant crucial; peut-être tous les dragons de notre vie sont-ils des princesses qui n'attendent que le moment de nous voir un jour beaux et courageux.
Peut-être tout ce qui est effrayant est-il, au fond, ce qui est désemparé et qui requiert notre aide ”.

 
« Lettres à un jeune poète »
Rainer Maria RILKE


Et puis en faisant place à Jean Grosjean, avec une phrase qui s'impose en finale tant elle englobe majestueusement le tout.
Si simple et si claire qu'elle m'a laissée sans voix lorsque je l'ai découverte :
“ Ce qui reste de Dieu une fois qu'on l'a dépouillé de toutes nos illusions : une intimité sans pareille et un souffle. ”

Une intimité sans pareille et un souffle... oui !
Là, vraiment, il n'y a plus qu'à s'incliner   :-)
Juste alors glisser que...
JE VOUS SOUHAITE, POUR 2014 ET TOUTES LES ANNÉES À VENIR, UNE INTIMITÉ SANS PAREILLE... AVEC LE SOUFFLE !
Bien à vous,
Katia.
  Up  
Accueil    Actualités    Portrait    L'approche    Cours    Approfondissement    Stages
Détoxination en Bretagne    Yoga, Qi Gong en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Irlande    Yoga, Qi Gong en Crète    Yoga, Qi Gong en Inde
Agenda et Tarifs    Galerie Photos    Textes Choisis    Contact    Livre d'or    Liens
Katia Marynower - 7 Avenue de la République - 94300 Vincennes - www.fragmentsdazur.com