Katia Marynower - Qi Gong - Yoga - Jeûne
Yoga Qi Gong Détoxination
Katia Marynower Katia Marynower
Fragments d'Azur
 
Accueil
Actualités
Portrait
L'approche
 
Cours
 
Approfondissement
 
Stages
Détoxination en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Irlande
Yoga, Qi Gong en Crète
 
Agenda et Tarifs
 
Galerie Photos
Textes Choisis
 
Contact
Livre d'or
Liens
 
Facebook
 
 
 
Actualités         Anti-vœux 2017         Vœux 2016         Vœux 2015
Vœux 2014         Vœux 2013         Vœux 2012         Vœux 2011         Vœux 2010
 
VŒUX 2013 !
 
Bonjour, bonjour !

Ce mail pour vous présenter mes vœux... avec quelque retard, certes, mais ceux-celles qui me connaissent savent que le temps social - celui des pendules et du calendrier - n'est pas mon fort... Et après tout, tout dépend là aussi du regard que l'on porte : il est encore tout à fait temps pour le nouvel an chinois, qui aura lieu le 10 février ! (... habile, la galipette?   :-)   :-)  )

Ainsi, nous voici au commencement d'une nouvelle année, moment propice pour regarder en arrière, soupeser le passé, vérifier que les orientations essentielles sont bien posées... et le cas échéant les rectifier.
Or, comme il me semble que je ne peux rien vous souhaiter de mieux que ce que je me souhaite à moi-même, tout bien regardé justement, je vous souhaite... de l'ouverture, de l'ouverture, de l'ouverture... DE L'OUVERTURE !!!
Avec, pour commencer, dans notre pratique, de ces belles ouvertures précisément, qui ont cette saveur particulière que rien ne peut égaler : tout simplement car on y touche au monde de l'âme...
C'est moelleux, léger, joyeux, profond, pétillant, puissant, raffiné, percutant, foisonnant... une texture entre toutes reconnaissable !
Souhaitons-nous donc qu'en 2013 soient nombreuses ces brèches qui ouvrent sur le ciel et donnent à goûter la beauté : oui, car placé sous l'initiative de l'âme, l'humain EST beauté.

Mais plus encore, souhaitons que ces fragments d'azur, lumineuses trouées dans notre brume quotidienne, nous invitent à questionner le pourquoi de cette brume, de ce voile recouvrant la beauté.
Certes, dans ce pourquoi figure en bonne place une responsabilité collective : car la négation de l'âme est un véritable harcèlement ambiant, un mur contre lequel nous avons à nous arc-bouter...
Mais il y va aussi de notre propre responsabilité : de nos initiatives à pousser l'âme de côté... dans un comportement régi par la peur, le plus souvent dans l'évitement de la douleur.
Sans âme, nous sommes comme “ anesthésiés ” : en absence de sensation, la souffrance est effectivement éloignée...
Mais à quel prix ! Car pour avoir écarté la Vie en nous, nous voilà mornes, sans élan, fatigués. Palliant la fadeur de cette vie sans Vie par la mise en place d'une mécanique souvent bien huilée, faite d'une surenchère (!...) de petits “ plaisirs ” qui comblent le vide et nous permettent le matin de continuer à nous lever... :-)
La présence d'âme, elle, est toute autre : il y a sensation, et donc douleur aussi - dont la traversée est nécessaire pour qu'elle soit transformée, et que le voile soit levé - mais aussi une joie profonde, une énergie débordante, un désir d'entreprendre, le tout sur un fond totalement apaisé. Dans un calme intérieur qui relève de la plénitude, au sens littéral, du latin (!) “ plenus ” qui signifie “ plein ” : plein du-dedans, donc nul besoin de combler...

Que ces traces étoilées, ces instants précieux, nous rappellent donc à notre dimension d'humain !
Qu'irriguant nos vies, elles ouvrent notre appétit pour ce versant profond de nous-mêmes, et nous donnent le courage de l'honorer !
En ayant certainement à regarder où il y a douleur, à la traverser...
A renoncer à somnoler, dans un certain "confort"...
Mais quel confort, au fond?
Car quel constat, que celui de ce temps que nous passons à côté de nous-mêmes, où nous nous “ manquons ”...

Pour ma part en tous cas, c'est bien une certitude : notre vie est une lente mue, vers l'émergence, pleine et entière, de cette part réelle de Vie en nous.
Nous en portons le projet, et il nous appartient de le mener.
En nous donnant les moyens d'une transparence à l'âme, en dévoilant la beauté, en la portant haut et fort dans le monde pour en témoigner...
“ LE CŒUR DE L'HOMME, PATRIMOINE DE L'HUMANITÉ ” : immense, la devise du “ pianiste nomade ”...
Cœur ouvert, regard simplifié...

Voilà donc ce que je souhaitais vous écrire pour ouvrir cette année 2013... pfff, rien de moins, j'ai osé !   :-)   :-)
Mais faisant une pause après ces lignes, et cherchant à me rafraîchir dans un livre de Christian Bobin - qui reste à ce jour l'un de mes écrivains préférés - il se trouve qu'en quelques secondes j'avais de quoi remplir un plein panier, j'avais souri, puis été touchée, puis ri, puis été touchée à nouveau...
J'ai donc glané pour vous quelques-unes de ces perles qui m'avaient mise en joie : petit florilège qui, me semble-t-il, accompagne dans une belle clarté ce que je viens de tenter d'exprimer...

“ Tu ne vas quand même pas passer ta vie dans l'adoration d'un brin d'herbe
me disait celui qui passait sa vie dans l'adoration du monde où rien ne pousse,
pas même un brin d'herbe ”


“ Un fin désespoir accompagne à notre insu toutes nos fêtes,
comme si toutes nos joies venaient à la place d'une autre joie
incomparablement plus grande mais hors d'atteinte ”

Et ce petit passage, qui me réjouit beaucoup tant j'aurais voulu vous l'écrire :
“ Rassurez-vous : si j'écris sur ces choses, je suis loin d'en être digne. Du moins je ne cesse de les contempler comme sur la route pleine d'ombre on regarde à l'horizon les montagnes que l'on n'atteindra pas encore aujourd'hui ”
Hmmh...!!!

Puis, en réponse à une lettre qu'il avait reçue d'une mère ayant perdu son enfant :
“ Vous êtes bien au-delà de l'optimisme et du pessimisme qui sont les deux roues en bois sur lesquelles le monde tourne en grinçant.
Vous êtes dans cette lumière qui est le fond de la vie même : elle n'est pas l'oubli de nos morts. Elle est leur présence pure, mêlée à la douceur de l'air - blessure et force ”


En dernier lieu, celle-ci, qui tombait assurément à pic... car ô grâce ultime, enchantement parmi les enchantements, elle traitait de ce sujet qui me tient à cœur, exactement :
“ Tu es entré comme apprenti dans la maison brûlée de l'amour.
Tu as dû pour cela te déprendre de tout, et d'abord du vain désir d'un jour être à ton compte.
On ne t'y demande rien, que d'entretenir, nuit comme jour, ce feu où trempent tes songes ”


“ ON NE T'Y DEMANDE RIEN, QUE D'ENTRETENIR, NUIT COMME JOUR, CE FEU OÙ TREMPENT TES SONGES ”
... Magnifique parole, brûlante, rien à rajouter...

Je vous souhaite donc une très belle année : CONNECTÉE, VELOUTÉE, GORGÉE DE SINCÉRITÉ ET... BRÛLÉE D'AMOUR !
Bien à vous,
Katia.
  Up  
Accueil    Actualités    Portrait    L'approche    Cours    Approfondissement    Stages
Détoxination en Bretagne    Yoga, Qi Gong en Bretagne
Yoga, Qi Gong en Irlande    Yoga, Qi Gong en Crète
Agenda et Tarifs    Galerie Photos    Textes Choisis    Contact    Livre d'or    Liens
Katia Marynower - 7 Avenue de la République - 94300 Vincennes - www.fragmentsdazur.com